PKP et l’évasion fiscale

Donc Pierre-Karl Péladeau aurait finalement peut-être participé l’évasion fiscale de Quebecor.

L’article de La Presse

L’entretien de Pierre-Yves McSween avec Paul Arcand

La question n’est pas de savoir si c’est légal ou non, si les autres multinationales font pareil ou pas, si Power Corp a aussi des stratégies ou pas. LA question (que personne ne semble vouloir aborder ce matin) c’est « comment un prétendant au poste de premier ministre va pouvoir défendre les intérêts du public face à la pression des entreprises quand il faudra légiférer sur l’évasion fiscale ? »
Voter PKP, c’est abandonner l’espoir de lutter contre ce fléau qui nous prive de dizaines de milliards de dollars chaque année. Et donc accentuer la pression sur le système de santé, d’éducation, etc. Avec le chiffon de l’indépendance pour faire diversion.
Et ce n’est pas Philippe Couillard avec son compte à Jersey (un autre paradis fiscal) qui menera cette lutte nécessaire.

Lettre ouverte aux souverainistes

L’irruption d’un riche homme d’affaire dans l’arène politique n’est pas rare. Le bulldozer Donald Trump en est le dernier exemple en date chez nos voisin étatsuniens. Mais s’imposer dans une formation progressiste relève de l’exploit. Ou le triomphe du cynisme…

Mais concentrons-nous plutôt sur la nouvelle dynamique apportée par M. Peladeau à la cause souverainiste. C’est un cycle, comme les années bissextiles, les méduses ou les irruptions solaires, ça revient de temps en temps, et certains nous présentent cette cause comme la solution miracle à tous les maux. Je vais vous montrer pourquoi je pense que c’est de l’enfumage. Outre M. Peladeau, les partis qui soutiennent cette nouvelle vague sont le Parti Québecois, Bloc Québecois, Option Nationale, Québec Solidaire.

Tout d’abord, la politique québecoise a quelque chose d’unique. Dans les démocraties occidentales, le clivage se fait généralement autour de l’axe gauche-droite, parfois sous de subtiles nuances lexicales (conservateurs, libéraux, travaillistes, démocrates, républicains, socialistes, néo-démocrates, etc.), mais on tourne toujours autour de la même question: entre économie et social où doit-on mettre le curseur. C’est un pivot essentiel, qui change à chaque changement de majorité donnant l’impression que le vote peut changer la vie publique. La vague « de gauche » en Europe ces dernières années prouvent que l’écart est finalement très faible. Mais c’est l’articulation essentielle du débat politique, la lutte entre l’ultra-capitalisme d’une part et la défense de l’être humain de l’autre. Et cette discussion est essentielle car d’elle découle toutes les autres décisions (budget, environnement, commerce, impôts, etc.).

Mais au Québec rien de tout ça, la question qui semble désormais centrale est celle de l’indépendance. Mais pour quel résultat ? Aucune idée, la notion politique et sociale est systématiquement écartée, alors qu’elle est primordiale. C’est un hold-up des idées que cette question d’autonomie, pour éviter les questions dérangeantes (comme le chômage, la santé, l’éducation, la sécurité, etc.), on détourne l’objet du débat public comme le ferait un magicien. Et tous vos problèmes vont se résoudre avec l’indépendance.

Regardons de plus près. De quoi s’occupe le fédéral ?

  • Défense nationale: le Canada n’est en guerre avec aucun pays, et à part quelques troupes envoyées aux 4 coins du monde, ramener cette responsabilité au niveau du Québec ne va rien changer. Ah si il va falloir entretenir une armée.
  • Politique étrangère: Le Canada n’a pas de problèmes diplomatiques majeurs dans le monde. Ramener cette compétence au Québec ne va rien changer. Ah si il va falloir investir dans des dizaines de consulats et ambassades et organiser toute une vie diplomatique.
  • Citoyenneté: il va falloir créer de nouvelles pièces d’identité, des critères pour l’obtention de la citoyenneté, etc.
  • Maintien de l’ordre: Existe aussi au niveau provincial
  • Justice criminelle: Une juridiction en plus à ramener, mais peu d’impacts.
  • Commerce international: beaucoup à faire ici (douanes, accords de libre-échange, etc.)
  • Monnaie: Il va falloir créer une nouvelle monnaie, une banque centrale, etc. Ceci représente un gros investissement.

Puis l’immigration, l’agriculture et l’environnement sont déjà des efforts partagés entre le fédéral et le provincial, donc l’indépendance aura peu d’impact.

Viennent ensuite les sujets qui ne dépendent que de la province, donc pour ceux-ci l’indépendance n’aura AUCUN effet:

  • Éducation
  • Santé
  • Ressources naturelles
  • Autoroutes et infrastructures
  • Maintien de l’ordre
  • Propriété et droits civils
  • Services municipaux (CLSC, recyclage, transports publics, services d’urgence, etc.)

Quand je regarde cette liste et ce qui ne va pas dans la province depuis quelques années, je me dis que tout se trouve là :

  • Profs et étudiants en grève ou en colère contre les réformes (carrés rouge, baisse des budgets des commissions scolaires, je ne juge pas de la légitimité, mais on ne peut pas dire que les orientations font l’unanimité),
  • Listes d’attente interminables dans les hôpitaux,
  • Pillage des ressources naturelles et risques autour des gaz de schiste
  • Ponts qui s’écroulent, état déplorable des routes et travaux permanents,
  • Corruption dans la construction, etc.

Ça veut dire que dans tout ce qui ne va pas aujourd’hui, ça dépend à 99% du provincial. Et les souverainistes, un pays ça va changer quoi ?

Nous ne sommes même pas capables en tant que province de gérer ces efforts, comment en rajoutant des efforts en diplomatie, commerce international, monnaie, etc. on peut imaginer que ce serait mieux ? Prôner l’indépendance, c’est détourner le regard des vrais problèmes.

Ainsi donc, je vois le souverainiste comme un adolescent de 16 ans qui irait voir ses parents:

– Papa, Maman, je veux avoir mon propre logement !

– Come on ! tu sais pas te faire à manger, tu sais pas laver ton linge, dans ta chambre il y a un vieux bout de pizza qui traine depuis 3 semaines, c’est jamais aéré ça sent le rat crevé, et c’est tellement mal rangé qu’on voit même plus le plancher. Et tu penses que tout ira mieux si tu gères un appartement à toi tout seul avec en plus les factures à payer et tout ?!?!

Si tu as vraiment envie d’indépendance, commence par tout ranger et tout garder propre pendant 6 mois, ensuite on verra si on peut te donner plus d’autonomie comme t’occuper de faire l’épicerie et à manger. Et une fois que tu seras bon dans tout ça, alors on reparlera pour te trouver un logement.

C’est le plus sage à faire en ce moment. Commençons par balayer devant notre porte, quand le Québec sera devenu une province prospère, alors oui il sera peut-être venu le temps de parler d’indépendance. Mais d’ici là c’est pas raisonnable d’y croire, encore moins d’en faire son seul argument politique. Entrer en politique avec une idée, c’est bien, encore faut-il que ce soit une bonne idée. Et dans la situation actuelle, il y a tellement d’urgences : l’environnement, la relance économique, la lutte contre le terrorisme, contre la fraude fiscale, contre le chômage, la répartition des richesses… tous ces sujets sont beaucoup plus légitimes, mais ils sont occultés par le rouleau compresseur des indépendantistes. Et je ne pense pas que ce soit un hasard.

Luc Godbout, champion d’aviron

Il fallait oser, reconnaissons-lui un certain courage. Oser proposer une baisse des impôts contre une hausse de la TVQ, et venir nous expliquer que cette mesure va être favorable aux pauvres, oui il fallait oser. Moi je le sélectionne directement dans l’équipe nationale d’aviron pour les prochains JO, on sent que ramer c’est son domaine.

En plus c’est une opération fiscalement « nulle », donc ce qu’on perd d’un côté, on le gagne de l’autre, mais dans l’esprit ça va bénéficier à l’économie québécoise. Lisez le sous-titre : « ce qu’on prend aux pauvres n’ira même pas dans les caisses de l’état, ça ira directement dans les poches des plus riches ».

Plus c’est gros mieux ça passe. Et personne pour lui rétorquer quelques notions économiques de base:

  • pour ceux qui ne paient pas d’impôts on ne comprend pas comment cette opération va être « nulle ». Pour eux, c’est une hausse générale des prix, point final.
  • pour les plus riches, eux ne dépensent pas tout ce qu’ils gagnent, ils placent le surplus. La hausse va être minime (uniquement sur les dépenses, pas sur les placements), par contre ils vont récupérer de grosses sommes via les baisses d’impôts car les impôts sont progressifs. Plus t’es riche, plus tu gagnes ! Merci le PLQ !
  • augmenter la TVQ va mécaniquement faire baisser les dépenses, c’est donc vers une contraction de l’économie qu’on souhaite nous diriger. De l’austérité mais sans le dire.

Au contraire, si on veut relancer la croissance, il faut baisser la TVQ et augmenter les impôts, c’est tout le contraire. Économie 101, niveau secondaire 5.

Le Parti Libéral devrait au moins avoir l’honnêteté d’avouer que son but est de donner toujours plus aux riches (qui financent le parti, ben oui il faut bien rembourser la campagne) et baisser le pouvoir d’achat des plus pauvres. Se cacher derrière un rapport bidon d’un économiste complaisant n’est pas honnête.

L’ « incident » indécent de Joël Legendre

Donc pour Stéphane Gendron, c’est avant tout une affaire de fuite dans l’administration municipale de Longueuil. Après les accusations du maire Tremblay contre Greenpeace, en voilà encore un professionnel du détournement d’attention, il semble que ce soit à la mode. Dans la magie, c’est connu, je secoue énergiquement la main droite pendant que la gauche va attraper une carte dans ma poche, la com aujourd’hui c’est pareil. S’en prendre aux journalistes ou aux policiers, c’est tellement plus facile que d’admettre qu’on a pu faire confiance et se tromper sur quelqu’un.

Cet « incident » (c’est comme cela que l’a décrit son auteur) pose à mon avis des questions un peu plus sérieuses que l’origine de la fuite. Car oui selon toute vraisemblance il s’agit d’une fuite. C’est d’ailleurs l’argument le plus solide des défenseurs de l’animateur : « c’est une manœuvre de Quebecor, si il avait été sur TVA on n’en aurait pas parlé ». Réfléchissons une seconde. Pensez-vous vraiment (bon oui Stéphane Gendron le pense, mais il devrait être le seul) que Quebecor a lancé une enquête d’investigation sur tous les animateurs d’en face pour essayer de débusquer ce genre d’info ? Je vous propose une autre version plus réaliste : il y a au moins une dizaine de policiers qui ont vu le procès-verbal depuis 6 mois. Dans le lot il y en a bien un qui doit trouver ordinaire de le voir continuer de jouer à M. Parfait à la télé et la radio, il prend une copie du PV et le fait parvenir à un journaliste… du JDM forcément sinon l’affaire ne sera jamais publiée ! Alors si M. Legendre travaillait sur TVA, le PV aurait été envoyé à La Presse ou le Devoir. Donc l’argument est nul, l’affaire serait juste sortie ailleurs.

Le 2ème argument des défenseurs c’est la vie privée. Alors là non. Se tripoter dans un parc public n’a rien de privé, c’est assez évident. On ne parle pas d’actes qui se seraient passé dans les toilettes d’un bar, là effectivement on pourrait invoquer la vie privée. Rappelons que les opérations de police dans ce parc font suite à des plaintes de famille qui ont vu des actes indécents. Dire aujourd’hui que le problème principal est d’ordre administratif dans la municipalité de Longueuil est une insulte envers ces familles.

Je passe sur les accusations homophobes, c’est juste un acte indécent, aucun intérêt à mêler la communauté gay à cela, et merci de ne pas retourner contre elle les abus de certains. Des pulsions exhibitionnistes, même des hétéros en ont.

Et alors j’en vois encore qui le soutiennent : quel courage et quelle classe de démissionner. Ben non c’est un aveu de culpabilité et en plus maintenir ses contrats n’aurait pas été tenable bien longtemps. Il s’est juste évité un déballage médiatique en démissionnant en urgence. Je ne comprends pas pourquoi il n’avait pas prévu le coup d’ailleurs car l’infraction date de 6 mois, ce qui lui laissait le temps de préparer un plan com. C’est sûr que ça allait finir par sortir un jour.

Il aura donc finit par avouer, mais son mensonge est pur car il voulait préserver ce qui lui restait de dignité. Donc mentir c’est digne ? Assez paradoxal. Ça révèle le manque d’arguments pour sa défense !

Quant à l’argument de la famille brisée, on dit quoi aux enfants qui vont dans ce parc ? Qui a commis l’indécence et qui la subit ?

Je ne comprends pas le comportement de solidarité des artistes autour de lui, il n’a aucun excuse. Il y a autant d’indécence dans ce mouvement de solidarité que lors que les artistes avaient défendu Roman Polanski lorsqu’il a été arrêté en Suisse. Qui a pris sa voiture depuis Montréal pour venir spécifiquement dans ce parc là ? C’est bien un acte planifié, préparé, prémédité, on pourrait même demander depuis combien de temps il fréquente ce parc, en tout cas il a l’air de bien connaître les « codes » en vigueur. Il n’a même pas l’excuse d’un geste spontané, isolé, irréfléchi. Et ne vous inquiétez pas pour lui, gageons qu’il va prendre un peu de recul, dans 6 mois il fait une cure pour se soigner, dans 2 ans il va sortir un livre pour raconter son « épreuve » et dans 3 ans hop le voila de retour « guéri » et prêt à reprendre toutes ses activités.

Si ç’avait été un inconnu, on l’aurait qualifié de malade qui doit se faire soigner. Mais si c’est un artiste, c’est une erreur humaine, et une épreuve terrible pour lui… en effet ce n’est pas le même traitement médiatique.

Allez, je ne résiste pas au plaisir d’évoquer les lamentations de Simon Sevrant: « J’ai honte de ma profession », de la part d’un journaliste sportif dans un journal de quartier rempli de faits divers… euh tu ne joues juste pas dans la même catégorie que le JDM, c’est officiel. Toute mon estime au JDM sur ce coup-là, il y a des journaux qui n’auraient pas osé, et peut-être certains qui ont eu l’info mais n’ont pas voulu prendre le risque de la publier.

Greenpeace vs Jean Tremblay

A ma gauche, l’association Greenpeace, qui milite pour l’environnement depuis des dizaines d’années partout dans le monde, à ma droite, le maire Jean Tremblay qui milite pour des causes assez variables, généralement religieuses, mais des fois comme ici c’est juste un coup de main au patron d’un géant de l’industrie forestière : Résolu.

Résolu a perdu deux certifications liées à son activité forestière. Ces certifications ne sont pas des obligations légales, ce sont des normes facultatives qui se penchent sur plusieurs aspects environnementaux et éthiques (respect de l’environnement, développement durable, respect des premières nations et des habitants, etc.) et qui prouvent que l’entreprise va au-delà de la stricte loi. Une démarche éthique donc. Mais Résolu a perdu ces certifications, pour des raisons qu’il lui faudrait expliquer au minimum pour être crédible dans cette histoire : pas assez d’investissements ? pas d’intérêt pour les questions éthiques ? pas d’intérêt pour l’environnement ? pas d’intérêt pour ce que pensent les clients ? On attend la réponse.

Greenpeace a juste annoncé aux clients que Résolu avait perdu cette certification, mais que beaucoup d’autres exploitants au Québec l’ont toujours. Greenpeace a donc agi dans l’intérêt de l’environnement et des consommateurs. Ceux qui s’en prennent à eux aujourd’hui font preuve d’une mauvaise foi incroyable, car le seul fautif c’est la direction de Résolu pour ne pas voir maintenu ces certifications.

Imaginons que Ford décide de retirer les coussins d’air de ses modèles pour gagner quelques dollars sur le prix de vente, sous le prétexte que ces équipements ne sont pas légalement obligatoires (en fait je n’en sais rien, mais mettons que ce soit le cas). Un journaliste de Protegez-vous fait un article pour annoncer cette décision en rappelant que les autre constructeurs eux continuent d’équiper leur véhicules d’airbags. Imaginons alors que le maire Tremblay accuse Protegez-vous et les Z’intellectuels de mettre en danger les emplois dans les usines de Ford du Saguenay. On marche sur la tête. C’est bien entendu le constructeur le seul responsable. Et le maire est l’idiot utile qui fait passer la communication de crise en faisant croire que c’est dans son rôle de défense de ses citoyens.

Résolu a fait un unique bon choix : convaincre le maire Tremblay de porter sa cause, de détourner la cible vers Greenpeace, cela va éviter aux dirigeants de devoir répondre de leurs erreurs, mais c’est un choix à vraiment court terme (en même temps les emplois sont menacés, ce ne sont pas les leurs). Si le maire Tremblay a un peu de sens civique envers ses administrés, il devrait plutôt taper sur Résolu et les forcer à regagner leur certifications. De quel côté êtes-vous maire Tremblay ?

Les défenseurs d’un libéralisme sans limites (je ne parle pas là du parti libéral, mais du libéralisme économique) nous disent que le marché est le plus fort, que la concurrence est saine, qu’elle est libre et non faussée, que l’état ne doit pas intervenir… mais quand la saine concurrence ne fait pas son affaire, le maire Tremblay intervient. C’est bon pour les autres et ailleurs, mais pas ici. Jean Tremblay serait devenu… communiste ! Quand il va réaliser, il va en faire des cauchemars.